Foodjer

Nous pensons que le secteur de la restauration est en train de vivre un tournant majeur de son histoire.

Et nous voulons aider les restaurants existants à prendre le virage sans changer de voiture ni de pilote.

Pourquoi parle-t-on d’un marché en plein bouleversement ?

En France, le marché de la restauration commerciale en salle décroît depuis des années (-1% par an sur la période 2015-2019). La crise sanitaire est venue accentuer ce constat, puisqu’entre 2019 et 2020, le marché s’est effondré de près de 50%. Dans le même temps, la livraison de repas a connu un véritable essor, avec un marché en croissance de 20% par an entre 2015 et 2019. 

Ces évolutions sont-elles durables ?

Les confinements successifs et les restrictions sanitaires n’ont fait que renforcer les habitudes des Français à se faire livrer leurs plats préférés, si bien qu’on estime que ce marché, qui pèse 4Mds€ en 2020, devrait avoisiner les 7Mds€ en 2023.
Nous pensons donc que la livraison est bien une tendance structurelle destinée à s’inscrire durablement dans l’univers de la restauration commerciale.

Quel va être l’impact de telles évolutions sur les restaurants traditionnels ?

Pour prospérer dans le monde de demain et profiter de la croissance d’un marché extrêmement prometteur, les restaurants traditionnels pourront faire le choix de diversifier leur activité, en développant une offre de livraison en sus de leur activité historique de restauration sur place. La mission de Foodjer est justement de permettre aux restaurateurs d’être acteurs de ce marché en pleine expansion. 

Est-il opportun pour les restaurateurs de se lancer en livraison avec le même menu que celui servi en salle ?

Un plat délicieux à la sortie des cuisines peut mal supporter le transport et devenir froid voire insipide après 20 minutes de trajet. Il est donc clé de réfléchir à un menu et à un packaging adaptés à une consommation en différé.
De plus, Foodjer a réalisé une étude consommateurs démontrant que les attentes liées à la restauration en livraison sont spécifiques à ce mode de consommation. Répliquer un menu déjà servi en salle ne permettra pas nécessairement de satisfaire sa clientèle.

Ont-ils alors intérêt à créer eux-mêmes leur marque dédiée à la livraison ?

Développer des marques dédiées à la livraison nécessite plusieurs mois de travail et des compétences spécifiques quant à la conception des menus, au marketing, à la technologie et à la logistique.

En quoi la proposition de valeur de Foodjer se présente-elle comme la plus pertinente ?

Foodjer propose aux restaurateurs déjà établis des concepts clés en main, aux univers forts, dédiés à la livraison et faciles à opérer, de telle sorte qu’ils n’aient plus qu’à se concentrer sur ce qu’ils maîtrisent le mieux : cuisiner des plats de qualité pour le plus grand plaisir de tous.

Pourquoi ne pas avoir directement ouvert avec Foodjer un réseau de dark kitchens en propre ?

Cela n’aurait pas été en ligne avec les aspirations de Foodjer, et ce pour deux raisons.

  • D’abord, il faut savoir que la France compte 175 000 restaurants répartis sur tout son territoire, soit environ 1 restaurant pour 380 habitants. Il nous a donc semblé plus vertueux et durable d’aider ces établissements existants à perdurer et à être rentables, plutôt que d’en créer encore de nouveaux.
  • De plus, chez Foodjer, nous souhaitons distribuer nos bons petits plats partout en France – dans les grandes villes à forte densité mais aussi dans les villes de taille moyenne, où l’offre en matière de restauration livrée demeure encore parfois limitée (à titre d’exemple, on dénombre à Cherbourg 1 concept en livraison sur Deliveroo pour >2300 habitants vs. 1 pour <300 habitants à Paris). Grâce au réseau de restaurants déjà présents partout en France, nous pourrons nous implanter plus rapidement dans toutes ces villes !

Source : Euromonitor, nombre de restaurants selon l’INSEE en 2017